La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Gay, Ma Santé !
Site web d'expression, d'échange et d'information sur la santé gay et ses enjeux !
Cul | Dépistage | Général | Homophobie | VIH/Sida | 03.01.2013 - 00 h 40 | 1 COMMENTAIRES
2013… et si on changeait de regard pour de bon sur le VIH ?

Étiquettes : , , , , , , , ,

Regard 2013

Après une carence d’articles… On est reparti comme en ’40 sur une bonne lancée… ! Un peu comme une bonne résolution que l’on va essayer de tenir ! La fin du monde n’a pas eu lieu au dernier solstice d’hiver… place à une nouvelle ère mais du coup… et si on changeait de regard sur le VIH pour de bon ? Beaucoup de vœux seraient souhaitables pour cette nouvelle année qui s’engage… !

2013… année folle… année du mariage ? Folle oui… mais les seules folles qui soient sont celles qui déchargent leur haine nauséabonde que l’on pensait être l’adage du Moyen-Âge… ! Quel rapport avec le VIH vous allez me dire ? Il ne faut pas aller chercher bien loin… La lutte contre le VIH/Sida ne peut pas aller sans une lutte contre les discriminations, notamment la lutte contre l’homophobie. Et comme le disait à très juste titre un des enfants de couples homoparentaux qui a été auditionné à l’assemblée récemment, la question latente derrière tous les débats qu’il y a actuellement n’est bien souvent pas tant « pour ou contre le mariage et l’adoption ouverts aux couples homosexuels » mais plutôt « pour ou contre l’homosexualité », comme si elle représentait un danger pour notre société, comme si c’était toujours considéré comme une maladie, une déviance… ! Or ce débat, et cette discrimination étatique qui est toujours en place, nuisent à l’estime de soi de beaucoup de gays, étant relégués à l’état de « sous-citoyen ». La mauvaise estime de soi, en plus de créer un surtaux de suicide chez les jeunes gays, est aussi un facteur de prises de risques sexuels ! Bien souvent, quand on n’est pas très bien dans sa peau, ce n’est pas toujours évident de prendre soin de sa santé, ce n’est pas une priorité… la sexualité peut parfois être utilisée comme un exutoire… les prises de risques peuvent plus facilement survenir… et une éventuelle contamination au VIH peut arriver !

Ouvrir le droit au mariage, à l’adoption et à la PMA aux couples homosexuels, lutter pour l’égalité des droits… c’est également lutter, dans une certaine mesure contre le terreau qui entretien l’épidémie du VIH/Sida chez les gays !

2013… année de la baise… année du pouvoir de s’exprimer librement ? Trop souvent encore un regard plein de morale s’écrase sur les épaules des mecs qui font des plans cul, qui parfois peuvent prendre des risques, qui ne font pas ou peu de plans cul mais qui prennent également parfois des risques ! Je pense que tout le monde est libre d’avoir sa propre sexualité, à partir du moment où c’est fait dans le respect de l’autre et en toute conscience de ce que l’on fait, sans que tout un chacun vienne y mettre son nez et se mêler de ce qui ne le regarde pas… ! Ce regard-censure a des effets pervers, et est également vecteur de l’épidémie. En effet, s’il est déjà ardu de parler librement de sa sexualité, sans tabou et sans jugement, il est encore plus difficile de pouvoir parler de ses éventuelles prises de risques… ! Et si on ne peut pas parler du fait que la capote nous fait débander, qu’on ressent moins de plaisir avec, qu’on a un mec séropo qui n’est pas sous traitement avec qui on n’arrive plus à mettre la capote, qu’on aime le jus, qu’on n’arrive pas à imposer la capote à son partenaire, que la prise de risque peut être excitante, qu’on est à fond sur un mec et qu’on ne pense pas du tout à se protéger, etc. sans se faire traiter d’inconscient, d’irresponsable, de salope et autres jolies dénominations… Comment peut-on clairement avoir accès à une information adaptée à nos pratiques, afin de mettre en place une réelle stratégie de réduction des risques ? Même si la protection n’est pas à 100%, il existe toute une palette d’outils et de techniques pour réduire au plus possible ces risques !

Pouvoir parler librement et sans jugement de sa sexualité et ses éventuelles prises de risques est essentiel pour mieux se protéger et avoir de l’aide !

2013… année de la disance… année de l’annonce ? Malgré les énormes progrès de la recherche sur le VIH, malgré un espérance de vie égale ou quasi égale pour les personnes séropositives que n’importe qui, malgré les résultats des études qui montrent que le traitement est extrêmement efficace pour éviter la contamination de son partenaire… les représentations sur le VIH et les personnes séropositives demeurent ancrées dans les années 80-90 et une proportion non négligeable de la population en a encore une peur irrationnelle ! Une personne qui découvre sa séropositivité aujourd’hui, ça sera certes un choc, ça ne sera certes sûrement pas facile à encaisser. Le regard et le rejet de certains autres sera lourd à supporter parfois, mais grâce aux traitements elle pourra continuer à mener une vie normale, extraordinaire même si elle le souhaite ! Elle pourra travailler. Elle pourra continuer à avoir pleins d’amis. Elle pourra faire du sport, baiser, tomber amoureux et se mettre en couple, fonder une famille, avoir des enfants et peut-être même des petits-enfants, avoir des projets et vivre quoi ! Et beaucoup de personnes qui annoncent une séropositivité (médecins ou militants associatifs) gardent malgré tout une image plutôt négative de cette annonce ! Même si en effet ce n’est pas facile à faire, il faut garder à l’esprit que dans une certaine mesure c’est une annonce positive (sans mauvais jeu de mot). Elle l’est d’un point de vue individuel, car la personne va pouvoir entrer dans un parcours de soin et prendre rapidement un traitement. Même si le traitement n’est pas forcément anodin et une partie de rigolade, le VIH n’est pas non plus anodin et il agresse en permanence le corps… ! Une étude a récemment montré une corrélation entre une plus mauvaise fin de vie, et le temps mis avant de commencer un traitement ! Et enfin cette annonce est positive d’un point de vue collectif, car une personne qui connaît son statut va faire prendre beaucoup moins de risques à ses partenaires. Une des plus grandes peurs des personnes séropositives est de contaminer quelqu’un d’autre ! Par ailleurs, le fait qu’elle puisse prendre un traitement évitera quasi à coup sûr une ou plusieurs autres contaminations, et aura pour effet de baisser la « charge virale communautaire » (addition de toutes les charges virales d’une communauté), et donc fera baisser le risque de contamination au sein de cette communauté… !

Pour mieux lutter contre le VIH, il est nécessaire de regarder la réalité de la séropositivité à travers un filtre objectif, et non un spectre noircissant les choses plus qu’elles ne le sont pour faire peur ! Il est prouvé par de nombreuses études que la peur comme moteur de prévention n’est pas ce qu’il y a de plus efficace du tout ! Comme disait un médecin avec laquelle j’intervenais à l’occasion du 1er décembre dernier devant un amphi d’étudiants en médecine et sages-femmes, « aujourd’hui il est certain que l’on vit mieux sans le VIH… mais on vit bien, voire très bien avec malgré tout… » !

2013… année du test… année de l’autonomie… ? Le dépistage est une étape indispensable à la lutte contre le VIH, et si l’image que l’on se fait du VIH est déformée, beaucoup de monde ne va pas, ou à reculons, la boule au ventre, se faire dépister ! Il serait souhaitable pour mieux lutter contre le VIH de développer encore plus l’offre de dépistage ! En 2011, grâce à l’action de Roselyne Bachelot visant à l’autorisation du dépistage communautaire, un grand pas a déjà été fait sur l’accessibilité des tests… ! Un tiers des dépistages réalisés à AIDeS cette année était auprès de personnes pour qui c’était la première fois. Preuve que le dépistage rapide, gratuit, indolore et dans des lieux que fréquentent les gays permet de toucher plus de monde que le dépistage classique. Cependant, on peut encore mieux faire ! Bien que les tests rapides soient désormais facilement accessibles sur les actions des militants associatifs, un certain nombre de personnes ne vont pas pour autant se faire dépister. Il y a ceux qui préfèrent que ce soit réalisé par un médecin ou une infirmière, ceux qui préfèrent que ce soit par un pair… et ceux qui ne souhaitent ni l’un ou l’autre, mais préfèreraient le faire eux-mêmes chez eux ! C’est pour ça que je pense qu’il est indispensable d’aller vers l’autorisation des autotests ! Plutôt que ces mecs ne commandent des tests via internet, où on ne connaît pas vraiment la fiabilité, et où le coût n’est pas  négligeable, l’état pourrait mettre en libre-service en pharmacie ou auprès d’associations des tests certifiés NF que les personnes pourraient faire seules ! Certains vont agiter les chiffons rouges, comme quoi il pourrait y avoir des dérives, des perdus de vue dans le système de soin, des mauvaises manipulations, des suicides, etc. ! Bien sûr que c’est possible… rien n’est impossible ! Mais les mêmes chiffons rouges étaient agités lorsqu’il était question de laisser la responsabilité à des militants associatifs de réaliser des TROD (Test Rapide à Orientation Diagnostic) ! Qu’il est nécessaire que la personne soit accompagnée par un médecin, et qu’elle ne soit pas seule après une annonce. Mais au final, une fois la consultation finie, la personne se retrouve dans tous les cas seule face à elle-même… ! Et c’est la méconnaissance de ce qu’est vraiment la séropositive et les peurs qui sont entretenues par certains qui sont responsables des éventuels suicides et autres conneries que pourraient faire les gens ! Il serait temps en 2013 de cesser de prendre les gens pour des irresponsables… ! Il est temps d’accompagner vers l’autonomie les personnes afin qu’elles puissent comprendre facilement comment fonctionne un test et comment le réaliser soi-même, car ce n’est vraiment pas sorcier du tout, et un certain nombre des militants associatifs se font eux-mêmes le test, comme le font également beaucoup de personnels soignants… !

Pour mieux lutter contre le VIH, je pense qu’il est nécessaire de partager le pouvoir ! Je pense que beaucoup de ceux dans le corps médical qui ont freiné pour le dépistage communautaire, et beaucoup de ceux qui freinent à la fois dans ce même corps médical et dans le milieu associatif aujourd’hui pour que les autotests n’arrivent pas sur le marché, ont peur de perdre leur pouvoir ! Ils tendent à l’inertie pour conserver le pouvoir qu’ils ont sur les gens en détenant le savoir ! Or je pense plutôt qu’en partageant ce pouvoir, au final on en gagne !

Tout ceci ne saurait être exhaustif dans le combat pour plus d’égalité et moins de VIH… A vous de compléter la liste de vœux pour cette année… ! En vous souhaitant à toutes et tous une super année 2013… riche en amour, en sexe, en ouverture d’esprit et en pouvoir d’agir !

Publicité