La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Gay, Ma Santé !
Site web d'expression, d'échange et d'information sur la santé gay et ses enjeux !
Dernier Billet
IST | VIH/Sida | 10.06.2011 - 22 h 24 | 25 COMMENTAIRES
« C’est une mode, tous les jeunes veulent se faire baiser bareback »

Je voudrais revenir sur le discours que j’entends souvent chez les homos et notamment les aînés visant à dire que les jeunes ne se protègent plus, sont inconscients ou encore ne savent pas se protéger.

Étiquettes : , , , ,

Si jeunesse savait Je voudrais revenir sur le discours que j’entends souvent chez les homos et notamment les aînés visant à dire que les jeunes ne se protègent plus, sont inconscients ou encore ne savent pas se protéger.

Déclarations qui ont lieu dans un contexte d’une épidémie du VIH qui frappe les gays sans commune mesure avec le reste de la population avec une mobilisation forte depuis les début des années 1980.

Alors oui c’est vrai, il y a des jeunes qui prennent des risques – il y a même une légère hausse des nouvelles infections au VIH chez les 15-25ans, certains ne se protègent pas voire ne savent pas comment se protéger. Néanmoins est-ce que cela est lié à leur jeunesse et une certaine inconscience ?

J’aimerais aborder avec vous ce sujet qui à mes yeux relève d’une forme de domination sur une génération sans vraiment de fondements et qui ne permet en rien d’expliquer que des personnes, qui s’avèrent être jeunes, prennent des risques.

 

Les jeunes, une catégorie qui ne veut rien dire

Personnellement je vois dans ce genre de discours une nouvelle tentative de dévalorisation d’une catégorie, en l’occurrence d’une génération, dans son ensemble.

Les jeunes ce sont comme les chômeurs, les immigrés, les vieux, les précaires, les riches, les paysans : des catégories que l’on créé et qui ne veulent absolument rien dire tant elles sont hétérogènes mais qui arrangent bien pour désigner un autre abstrait que l’on accuse de tous les maux que l’on veut.

Quel lien y-a-t’il entre un jeune né dans une famille bourgeoise parisienne un autre qui vit dans une citée défavorisée en province ou un jeune étudiant à l’université et un jeune qui a commencé à bosser à l’âge de 16 ans ? Pas grand chose.

Aussi cette catégorie « jeunes » ne veut absolument rien dire tant elle désigne des réalités bien différentes les unes des autres (dixit Robert Castel).

 

Argument de l’âge, argument de la sagesse ?

Mais il n’y a pas de raison après tout que les jeunes gays échappent aux multiples formes de domination classiques exercées par leurs aînés dans de nombreux autres domaines et depuis la nuit des temps.

Le fameux « Nous on a connu les années Noires du Sida ! » utilisé à profusion un peu comme d’autres diraient « Nous on a connu la guerre et les cartes de rationnement alors ferme ta gueule ! » ; ou comment détourner la mémoire afin de se mettre sur un piédestal !

 

L’autre jour j’ai rencontré un gars avec qui nous étions sur le point d’avoir un rapport sexuel (de baiser quoi). Celui-ci enfile un préservatif et l’air de rien déchire une nouvelle pochette et enfile un deuxième préservatif par dessus. Ce que je désignerai plus tard par le concept de surprotection 🙂 .

 

Lorsque j’ai essayé d’aborder avec lui le risque de déchirure que cela représentait avec le frottement des deux préservatifs l’un contre l’autre, sa seule réaction a été de me dire : « Quel âge as-tu ? Moi j’ai 40 ans, ça fait 20 ans que je fais ça ».

Utiliser l’argument de mon jeune âge pour se conforter dans sa propre stratégie de prévention, qui pourtant comportait un risque, voilà encore une tentative de rabaisser une personne en fonction de son appartenance à une génération plus jeune.

 

(pour répondre par avance à la question insolente de Paul Denton, oui je suis parti et il ne s’est rien passé de croustillant entre lui et moi)

 

Des jeunes prennent des risques, oui, mais pas parce qu’ils sont jeunes

Alors oui, il y a des jeunes qui ne savent pas grand chose et se protègent insuffisamment, c’est vrai. Ces jeunes avec Jonathan on en a rencontré pas mal par exemple en prison ou dans des centres de réinsertion pour élèves déscolarisés où la plupart viennent de quartiers très précaires.

 

Mais la cause n’était pas leur jeunesse… en prison il y avait aussi d’autres personnes d’autres générations qui ne savaient pas grand chose non plus. La cause de cela était bien plus l’accès quasi nul à la prévention ainsi que les représentations et pressions sociales fortes qui s’exercent dans le milieu dans lequel ils ont évolué depuis leur naissance.

 

En conclusion ?

Dire que les jeunes ne se protègent pas ou peu voire plus nie la réalité de milliers de jeunes qui se protègent tant bien que mal tout en ne permettant pas d’expliquer pourquoi certaines personnes prennent des risques, qu’elles soient jeunes ou moins jeunes.

C’est néanmoins souvent sur cette population que l’on projette une image erronée d’une mauvaise appropriation de la prévention, laissant par la sorte transparaître une certaine forme de domination générationnelle… un classique à ajouter à la longue liste des dominations de notre temps telles que hommes/femmes, blancs/non-blancs, parisien/provincial, riches/pauvres, LesbGay/BiTrans, cocaïne/héroïne, etc.

 

Le premier outil de prévention reste notre parole !

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Vincent

 

PS : ah oui au fait… la majeure partie des découvertes de séropositivité ont lieu entre 35 et 40 ans sur des infections ayant eu lieu dans les quelques mois ou années précédant le dépistage.

 

[Cet article vous a plu ? Soutenez Yagg.com en cliquant ici.]

LES réactions (25)
« C’est une mode, tous les jeunes veulent se faire baiser bareback »
  • Par soulwax 07 Juil 2011 - 13 H 55

    C’est amusant comme cet article suscite précisément ce qu’il dénonce. J’ai moi-même entendu à maintes reprises, soit par ignorance, raccourci et facilité, soit par pure mauvaise foi, que les jeunes ne se protègeraient hélas plus. Je trouve que l’article le démontre bien : les jeunes en tant que catégorie n’existent pas.
    En premier lieu, on ne peut pas reprocher aux jeunes de ne pas avoir connu les années noires du sida. (D’ailleurs où sont les vieux quand il s’agit de transmettre la mémoire pédé collective? Salauds de vieux! non… ça c’est pour la blague). Qu’il y ait précisément une recrudescence des pratiques à risques depuis l’avènement des trithérapies n’est pas vraiment un hasard : le sida fait moins peur, et ce, qu’on soit jeune ou vieux. L’article le mentionne timidement dans un post-scriptum car le propos est ailleurs, mais il énonce une vérité : la moyenne d’âge des contaminations chez les gays est d’environ 37 ans, et non pas 18!
    Les interprétations manichéennes qui voudraient qu’il y ait d’un côté les méchants (ici les jeunes donc… insouciants, inconséquents, etc.) qui ne se protègent jamais, et les gentils (ici les vieux, qui ont connu les années noires, et vu leurs amis mourir) se protéger systématiquement me font doucement rigoler. Quand est-ce qu’on comprendra que les gays- jeunes ou vieux- se protègent 10 fois, 100 fois, 1000 fois plus et peut-être davantage que le reste de la population? Quand est-ce qu’on comprendra que les prises de risques ne sont pas liées à un âge ou une génération mais s’inscrivent dans un parcours globale de vie sexuelle où les personnes mettent le plus souvent la capote mais baissent la garde de temps en temps pour X raisons? Je ne connais personne qui soit infaillible et les discours manichéen autour de l’utilisation de la capote ont rendu toutes possibilités d’évoquer ses prises de risques tabou, y compris entre nous, quand chacun d’entre nous aurait besoin du soutien de la communauté pour maintenir sur la durée des comportements préventifs efficaces. Moi c’est ça que je trouve dommage.

     
  • Par Nicoloo 13 Juin 2011 - 21 H 17

    Je trouve étrange le sens de cet article… Finalement, l’idée c’est : on prend des généralités et on en fait des cas particuliers et référents ? Ou finalement, un, deux, trois individus invitent à la généralité ?
    Je ne vois pas la conclusion de tout ça. J’ai 40 piges. Je me protège comme toujours. Mes partenaires, qu’ils aient 20 ou 40 piges se protègent. Sans que je ne leur demande. Si je tombe sur un mec de 20 ou 40 qui ne se protège pas, je ne baise pas avec lui. mais ça ne veut pas dire que telle ou telle génération… vous voyez la suite.
    L’idée est de victimiser les loulous de 20 piges ? Je vois pas pourquoi. Peut être en en parlant de la sorte, finalement.

    Je retiens, ceci : « Le fameux « Nous on a connu les années Noires du Sida ! » utilisé à profusion un peu comme d’autres diraient « Nous on a connu la guerre et les cartes de rationnement alors ferme ta gueule ! » ; ou comment détourner la mémoire afin de se mettre sur un piédestal ! »

    Dire qu’on a connu les années noires du Sida… parler du lieu commun si prenant de l’agenda dont on raye les noms… ça fait peut être vieux con, mais c’est une réalité. A toi d’en faire ce que tu veux, quand tu l’entends… mais je doute que cela signifie : ferme ta gueule.

    Au bout d’un moment, cet article ressemble à un caprice d’ado. Dommage.

     
  • Par cafard 13 Juin 2011 - 21 H 06

    Si il y a une recrudescence des prises de risque chez les jeunes, c’est parcequ’ils n’ont pas connu les années sida, qu’on ne parle plus assez de santé sexuelle aujourd’hui, et que la nouvelle génération a beaucoup moins le réflexe capote que l’ancienne …
    Et ça qu’on le veuille ou non, c’est un problème de génération, et donc lié à l’age.
    Après il n’y a pas que les jeunes qui prennent des risques, et plus l’age avance et plus il est difficile de rester safe en toute circonstance (marre de la capote)
    Cet article est vraiment creux, et ne sert à rien d’autre que permettre à l’auteur de dire qu’il en marre qu’on le prenne pour un petit jeune ……….
    faire le parallèle avec les rapport de domination n’apporte rien ici, et ce, bien que l’âgisme existe réellement…
    au final, cet article immature reproduit les mêmes rapports de force que ceux qu’il critique ….. décevant

     
  • Par gentleman59266 12 Juin 2011 - 15 H 50

    l’article est bien mais je pense incomplet car aujourdui,il y a encore des jeunes qui ne savent pas comment on attrape le VIH car il y a très peu de campagne sur comment on attrape le VIH, les IST, etc…

    sur un site de chat, j’ai créer un blog qui parle du VIH, comment le chope, je parle des IST, les centre de dépistages, etc… car aucun site ne cite ces lieux ou on peut faire son dépistage, par moment dans un département il y a juste 2 lieux ou 1 seul ou on peut se faire dépister anonymement et c’est sa aussi qui manque et je pense que les personne refuse de faire les test car ils ont peur que leur entourage le sache et eux même ont peur de le savoir.

    surtout quand on parle du VIH dans les campagnes de pub, on fait comme si que la maladie n’était rien, si on veut vraiment parler au jeunes et que sa les touches, il faut leur parler avec leur mot d’aujourdui et non avec les mêmes il y a 40ans, le monde a changer mais a croire que pour faire les préventions, sa sa change pas du tout, on ressors des pub qu’on a créer dans les année 80/90 donc 21ans de retard dans la prévention, mais bon, est ce qu’on veut vraiment aider les jeunes gays a se protéger ou alors on préfère fermer les yeux sur la contaminations chez les gays pour pas froisser les religions et surtout ne pas parler de sida pour pas les choquer des électeurs potentiels?

     
  • Par Vincent 12 Juin 2011 - 12 H 30

    @Tazman : merci pour l’article je n’en avais pas connaissance même si les analyses de GG sur ce sujet ne m’étonnent pas (souvenir d’une discussion). Par contre je n’ai pas réussi à accéder à l’article en recherchant sur le net ! Je lui demanderai.

    En fait ce sont plus les écris de Robert Castel et l’article sur la jeunesse de Bourdieu qui m’ont fait pensé à cela (d’où l’utilisation du terme « domination ») ainsi qu’un nombre important de mecs gays que j’ai entendu dire « les jeunes » « les jeunes » « les jeunes » lorsque j’allais les démarcher sur des actions de prévention, pour répondre à @teodu25.

     
  • Par teodu25 12 Juin 2011 - 10 H 21

    Je rejoint…..

    Très bon article.

    Sa me fait songer à deux choses : Quest-ce que « prendre des risques? » et ….y’a t-il vraiment que les « vieux » qui pensent ainsi? je ne suis pas sur.

     
  • Par Tazman 12 Juin 2011 - 10 H 20

    J’ai pendant un moment eu une impression de « déjà vu » (ou plutôt de déjà lu)… j’ai retrouvé pourquoi.

    Gabriel Girard, France – Les jeunes gais des années 2000 : un « population vulnérable » ? in Les jeunes et la sexualité – initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), ed. autrement.

     
  • Par The B. 11 Juin 2011 - 13 H 51

    Bon article 🙂

     
  • Par Canardcaché 11 Juin 2011 - 12 H 03

    « Par contre -1 @canardcache toi qui te plaint des procès d’intention et que les gens n’osent pas te parler en mp, je pense que tu aurais pu envoyer ton message en mp à @vincent » non il est très important que ceux qui lise ce blog connaissent les intentions quand celles ci sont dangereuses.

     
  • Par Joshua Peabody 11 Juin 2011 - 10 H 50

    La discussion me semble manquer de nombreux éléments.

    On peut tirer la sonette d’alarme sur une situation épidémiologique sans vouloiir stigmatiser.Ppur prendre un autre exemple que le VIH /sida, on peut s’inquiéter (dans une discussion privée, publiquement quand on en a la possibilité) sur le fait que le nombre de grossesses non désirées chez les « jeunes » ne baisse plus depuis plus de dix ans, sans avoir en tête « toutes des salopes et des connes », mais plutôt des interrogations sur l’éducation à la sexualité dans notre société, des propositions de mesures à prendre, des volontés d’ouvrir le débat publiquement ou en privé avec les personnes, etc.

    C’est la même chose ici. Si on ne fait pas la différence entre la nécessaire reconnaissance d’un problème, les débats à avoir autour, les mesures à prôner, les discours et actions de prévention spécifiques à mettre en place ou faire évoluer, et des discours de stigmatisation (dont je ne remets pas en cause l’importance), on se condamne à un débat pourri, qui passera sous silence une réalité tout de même super flippante que Vincent rappelle : une augmentation des nouvelles infections dans cette tranche d’âge. Et il ne s’agit pas de dire »c’est le propre de la jeunesse d’être inconscient », mais bien de s’interroger sur ce qu’on peut faire face à cette réalité : quid de l’éducation nationale ? quid de la capacité de la communauté LGBT à accueillir des « jeunes » et transmettre un héritage des luttes qui ne soit pas une vision d’ancien combattant, mais un ensemble de discours et de représentations efficaces pour se positionner par rapport à sa santé, à ses droits ? Etc, etc. Dès lors qu’on parle, ensemble, avec les premiers concernés, du problème et des solutions, il y a peu de chances que ce soit la stigmatisation qui l’emporte.

    J’ai connu une partie des années noires du sida. J’ai 37 ans. Je pense que le débat alerte sanitaire vs stigmatisation, qui a traversé la communauté gay depuis les années 80 (« il faut arrêter de parler du sida chez les homos car ça nous stigmatise), est stérile car mal posé. Ne faisons pas pareil avec les « jeunes ».

     
  • Par Vincent 11 Juin 2011 - 10 H 25

    Je suis tout à fait d’accord avec vous : des personnes prennent des risques en étant tout à fait informées. Et moi ce qui m’intéresse c’est justement comment ils en sont arrivés à prendre un risque.

    J’aurai l’occasion d’y revenir dans un prochain post, mais il semble dores et déjà que l’explication de la jeunesse ne tienne pas… puisque la majeure partie des nouvelles contaminations a lieu entre 35 et 40ans.

     
  • Par nileju 11 Juin 2011 - 10 H 21

    je suis tout à fait d’accord avec @johnattend certaines personnes sont très informées et n’ont pas envie de se protéger par jemenfoutisme tout simplement.

    Par contre -1 @canardcache toi qui te plaint des procès d’intention et que les gens n’osent pas te parler en mp, je pense que tu aurais pu envoyer ton message en mp à @vincent

     
  • Par Vincent 11 Juin 2011 - 10 H 11

    Mon propos n’est pas de dire qu’il ne faut pas s’inspirer de l’expérience des plus âgés. Bien sûr qu’on s’en inspire tous 🙂

     
  • Par zeroseven 11 Juin 2011 - 10 H 08

    Alors pour ma part je suis d’accord avec @nileju et @laurent-v-2 sur ce coup : déjà oui il n’y a aucune règle question âge, on trouve aussi bien des jeunes ultra-renseignés que des inconscients qui prendront des risques sans en mesurer la portée. Mais ça c’est vrai pour tous les âges.

    Après le coup de la « domination sur une génération » je trouve ça inexact et cette formulation me semble abusive sur la base de l’exemple que tu donnes. Les histoires de générations c’est vieux comme le monde et c’est particulièrement marqué en France. Si je me base sur mon expérience professionnelle j’ai commencé à bosser à 22ans et j’avais en permanence l’impression que mon âge me mettait hors jeu par rapport aux plus vieux qui venaient m’expliquer la vie genre « tu comprendras plus tard ». Et je trouvais ça insupportable et oppressant. Maintenant quelques (petites @plt04 ^^) années plus tard je suis bien content d’avoir bénéficié de leur expérience pour certains, et bien content d’avoir suivi ma propre voie pour d’autres.

    Ça s’appelle la cohabitation des générations : il faut savoir prendre l’expérience des ainés par moment et il faut que les ainés acceptent ce qu’amènent les nouvelles générations qui apportent leur propre vision du monde. Il n’y a pas d’histoire de domination d’une génération par rapport aux autres selon moi (et chez les homos où le culte de la jeunesse est bien souvent une religion ça me fait quand même sourire).

    Bref les ainés trouvent que les jeunes sont des inconscients sans cervelle et les jeunes voient leurs ainés comme des fossiles à évacuer (cliché inside):) What’s new?

     
  • Par johnattend 11 Juin 2011 - 10 H 00

    Je pense qu’il n’y a pas qu’un manque de connaissances ou qu’une domination de tout type, à l’heure actuelle, beaucoup de jeunes ont entendu parlé du VIH/Sida, de la transmission… Ils savent que ça se transmet par voie sexuelle ( et par d’autres voies, mais ce n’est pas le problème du post ). Donc ils sont au courant de cette transmission dans la majorité, mais il y a peut-être un manque d’envie, d’utiliser le préservatif, tout comme, maintenant tout le monde sait que cigarette=cancer du poumon, mais ce n’est pas ça qui empêche les gens de fumer.

    Pour moi, il y a donc aussi une envie de la part des personnes en général de ne pas utiliser de préservatifs en général ou parce qu’on en pas au moment de l’acte. On ne peut tout simplement pas dire pourquoi il n’y a pas d’utilisation de préservatif, car les raisons sont multiples et variés : l’envie, le rapport de domination/soumission ( que ce soit par l’âge, par le caractère de la personne etc.), le manque de connaissances ( chez les très jeunes ), de mauvaises connaissances ( voir l’expérience de Vincent )etc.

     
  • Par Canardcaché 11 Juin 2011 - 9 H 55

    +1 avec nileju…

     
  • Par laurentv 11 Juin 2011 - 9 H 29

    je suis d’accord sur le fait qu’il n’y ait pas de règle (même si en moyenne un homo plus agé est quand même logiquement plus suceptible d’avoir été confronté aux messages de prévention) mais j’ai du mal à voir la « domination sur une génération »… il y aurait une discrimination envers les jeunes chez les homos? mdr

     
  • Par nileju 11 Juin 2011 - 9 H 25

    Alors je suis d’accord et à la fois je suis pas d’accord, je m’explique : oui je suis d’accord pour dire que les personnes « plus âgées » jouent de leur expérience mais cela ne concerne pas que les gays, pas que le sexe rien que dans le travail qui n’est jamais tombé sur quelqu’un proche de la retraite à qui on va faire une remarque du genre « tu gagnerais du temps à… » et qui va répondre « attends moi ça fait 35 ans que je bosse la ! » par contre je ne vois pas ça comme une tentative de domination.
    Oui je suis aussi d’accord pour dire que certaines personnes prennent des risques et d’autres moins et que cela n’a rien à voir avec leur âge mais bien souvent à un manque d’information voire même les gens s’en moquent complètement. Mais on en peut pas nier que certains jeunes ne mettent pas de capotes et le font consciemment sans se rendre compte des risques qu’ils prennent peut-être parfois par manque d’information ou aussi parce que bon nombre d’entre-eux sont convaincus qu’un vaccin contre le sida existe ou que la trithérapie soigne le sida.
    Donc voila tout ça pour dire qu’a la fois je suis d’accord mais en même temps je ne suis pas d’accord, ce n’est pas ou tout l’un ou tout l’autre comme tu le dit.

     
  • Par sylvainj 11 Juin 2011 - 9 H 22

    très bon article et pour ne rien enlever il cloue presque un bec 🙂

     
  • Par Canardcaché 11 Juin 2011 - 9 H 10

    Je suis pas tout à fait d’accord. Point. (je ne débats plus maintenant, j’en ai marre). Par contre je m’attendais tout à fait que toi perso tu fasses un sujet te justifiant… certaines choses qu’on avait discuter sur un autre sujet.

     
  • Par Xavier Héraud 11 Juin 2011 - 7 H 48

    Très bon post, merci.

     
  • Par Paul Denton 11 Juin 2011 - 7 H 05

    Ah, ça fait du bien de lire ça! Marre d’être culpabilisé alors qu’on a grandi avec la capote! Par contre, j’ai l’impression qu’on parle moins du Sida en général. Tu ne fais qu’effleurer la question au début de ton post, c’est dommage 😉

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Publicité