La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Gay, Ma Santé !
Site web d'expression, d'échange et d'information sur la santé gay et ses enjeux !
Dernier Billet
Hépatite C | 23.05.2011 - 22 h 56 | 8 COMMENTAIRES
L’hépatite C, le sexe et les gays

« Aaaah non y’a déjà le VIH vous allez pas nous en plus souler avec l’hépatite C ! »

Et si !

L’hépatite C est un virus qui tuerait en France entre 4 et 5 fois plus de personnes que le VIH et les gays sont touchés dans une proportion bien plus importante que le reste de la population et notamment les gays séropositifs chez qui la prévalence atteint presque le tiers !

 

Une hépatite est une inflammation des cellules du foie. Celle-ci est principalement le fait d’un virus ou de la consommation en grande proportion de produits tels que l’alcool. L’infection peut évoluer vers un cancer ou une cirrhose du foie nécessitant traitements lourds, ponction ou greffe.

 

Si nous avons souhaité nous concentrer sur l’hépatite C c’est entre autre pour sa gravité et la difficulté que l’on a à s’en débarrasser par rapport aux autres hépatites [1].

 

Mais aussi pour attirer l’attention sur le fait qu’au sein de notre communauté il y a de nombreuses personnes qui sont affectées et qu’il est essentiel de pouvoir aborder le sujet, de nous soutenir et nous entre-aider.

 

Et tout cela commence d’abord par le fait de savoir… ! On y va 🙂 ?

 

 

Le virus de l’hépatite C

 

Évoluant lentement, on peut parfois rester de longues années sans se rendre compte que l’on est porteur de l’hépatite C. Les symptômes tels que la fatigue, les vomissement, le jaunissement des yeux restent souvent légers ne suscitant pas de prise de conscience chez le porteur que quelque chose ne va pas !

 

Il n’existe toujours pas de vaccin préventif contre le virus de l’hépatite C et les traitements qui existent sont très lourds pour une efficacité dépassant à peine 50%. De nouvelles molécules avec une efficacité bien supérieures arrivent néanmoins sur le marché ce qui est une vraie bouffé d’espoir pour de nombreux malades en échec thérapeutique [2].

 

Le meilleur moyen de savoir si l’on est porteur du virus de l’hépatite C reste donc de se faire dépister. Lors de vos check-ups dans les centres de dépistages, de santé sexuelle ou chez votre médecin, pensez à demander que soit dépistée l’hépatite C !

 

 

Sexuellement transmissible ou pas ?

Le virus de l’hépatite C est un virus très résistant pouvant vivre à l’extérieur durant une très longue période. Se transmission se fait par contact avec le sang – même présent en très faible quantité.

 

Un débat existe néanmoins pour savoir si le virus est transmissible sexuellement.

 

Le sperme contiendrait un niveau insuffisant de virus de l’hépatite C pour permettre une infection. [3]

 

Il semblerait pourtant qu’une transmission soit possible – mais uniquement lorsque le rapport sexuel implique un contact avec du sang comme lors de pratiques hards, de partage de sextoys et autres ustensiles (comme ceux utilisés pour vos lavements) ou même de pénétrations anales non protégées [4]

 

 

Comment prévenir une transmission ?

Chacun construit sa prévention, à vous de choisir les outils qui vous conviennent ! Contre l’hépatite C il faut dans la mesure du possible éviter tout contact étant susceptible d’endommager vos (chères) muqueuses et donner lieu à un échange de sang

 

  • le préservatiiiiiiiiiif et du gel lubrifiant pour la sodomie ou sur les sextoys (changer de capotes sur le sextoy lorsque vous changer la personne qui l’utilise – en gros à chaque capote son cul)

     

  • les gants en latex et gel lubrifiant (à base de silicone) pour le fist. Pour les gants vous en trouvez des jetables ou des réutilisables sur le net ou en sex shop. Ne vous faites jamais fister par un mec qui utilise son propre gant, proposez à tous les mecs qui vous fistent d’utiliser VOTRE gant ou VOS gants jetables – en gros, le principe c’est à chaque gant son cul


  • éviter de partager ses sextoys et autres ustensiles (poire/douche/embout à lavement) – si possible à chaque ustensile son cul


  • être vigilant lors de l’utilisation de drogues et autres produits psycho actifs (GHB, GBL, Crystal, cocaïne, poppers, etc.) tant au niveau dess effets qui pourraient faire baisser la vigilance que l’on porte à notre prévention et notre perception de la douleur au niveau des muqueuses que sur la manière de consommer comme éviter de partager sa paille par exemple. Lorsque les muqueuses nasales sont endommagées par les prods, il peut en effet y avoir un peu de sang qui se dépose sur la paille au moment du sniff.

 

Pour plus d’informations : www.soshepatites.org

__________________________________________________________

Vous a-t-on déjà proposé un dépistage de l’hépatite C ? Lorsque vous vous mettez en couple et que vous décidez d’arrêter le préservatif, parlez-vous uniquement du VIH ou abordez-vous aussi l’hépatite C et d’autres infections ?


Vincent


[Cet article vous a plu ? Soutenez Yagg.com en cliquant ici.]


 

[1] Il existe des traitements efficaces et surtout un vaccin contre l’hépatite A (deux injections, non-remboursées – à charge de 38 à 40€ par injection) et l’hépatite B (3 injections remboursées à 65% – reste à charge de 18€ par injection) que nous ne pouvons que vous inciter à faire ! Certains centres de vaccinations comme à Paris vous proposent gratuitement ces vaccins, n’hésitez pas à vous renseigner !

[2] C’est pas nous qui l’disons, c’est l’ANRS qui l’a dit dans un communiqué du 4 avril 2011

[3] C’est pas nous qui l’disons, c’est Turner J et al. (2010) qui l’disent

[4] C’est pas nous qui l’disons, c’est Urbanus A.T. et al. (2009) qui l’disent

 

LES réactions (8)
L’hépatite C, le sexe et les gays
  • Par cafard 13 Juin 2011 - 21 H 27

    Article intéressant pour informer sur l’hépatite C, mais très incomplet sur la question des drogues malgré le fait qu’il apparaisse aujourd’hui des études qui montrent une possible transmission de l’hépatite C suite au snif ou au SLAM en contexte sexuel (et qui ne soit en rien lié à une baisse de vigilance).
    De plus, si la baisse de vigilance est un facteur augmentant la transmission, il serait intéressant de dire qu’être amoureux amène parfois a une baisse de vigilance, tout comme être un peu triste (etc etc.). Ce qui éviterait que l’usage de drogue, et par conséquence les usagers soient stigmatisés. Car il vaut mieux parfois prendre un bon taz et aller se vider la tête plutôt que se morfondre et déprimer pendant des jours pour aller finir par se faire baiser dans une backroom sans kpote … non ?

     
  • Par Vincent 25 Mai 2011 - 21 H 06

    Les injecteurs de drogue par voie intraveineuse seraient concernés à hauteur de 60% par l’hépatite C. Ce qui est un vrai problème de santé pour cette population.

    Sinon pouvez-vous m’en dire plus sur ce que vous entendez par « cette pratique » ?

    merci :)!

     
  • Par orlrdr 25 Mai 2011 - 21 H 00

    Merci,
    L’hépatite C est très répandu aussi chez le public injecteur et j’ai entendu que cette pratique existe aussi chez les gay, plus connu sous le nom de « slam ». Avez-vous déjà entendu parler de cette pratique ou des Info là dessus ?

     
  • Par Loli-en-Francia 24 Mai 2011 - 19 H 10

    Les hépatites c’est ce qui me fait le plus flipper je crois. Plus que le VIH. Faudrait vraiment que j’arrête de fuir la réalité et que j’aille me faire vacciner…

     
  • Par laurentv 24 Mai 2011 - 16 H 19

    bon ben la bonne nouvelle pour moi c’est que je déteste les ustensiles et autres fisteries donc ça change pas grand chose à mes habitudes.

     
  • Par Peter 24 Mai 2011 - 12 H 53

    Vive la mutuelle qui rembourse le vaccin contre l’hépatite B à 100% \o/ (j’en profite pendant que je suis encore sous une mutuelle étudiante o:) )

     
  • Par Christophe Martet 24 Mai 2011 - 12 H 45

    Merci Vincent pour cet article très complet et qui permet d’informer simplement sur des virus pas très sympathiques mais contre lesquels nous ne sommes pas désarmés (vaccins et prévention).

     
  • Par sinisalo 24 Mai 2011 - 9 H 15

    Très intéressant, il est vrai qu’on n’en parles pas beaucoup et que le dépistage n’est pas proposé systématiquement lors d’un dépistage VIH !

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Publicité