La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Gay, Ma Santé !
Site web d'expression, d'échange et d'information sur la santé gay et ses enjeux !
Dernier Billet
IST | 28.04.2011 - 23 h 28 | 51 COMMENTAIRES
« J’ai chopé un truc, tu devrais aller faire un test ! »

Étant gay il y a certains plaisirs auxquels t’es un peu plus habitué que les autres, comme recevoir ce genre de SMS d’un mec avec qui t’as baisé quelques jours avant :

« Slt c’est juste pour te dire que demain je vais à la clinique (1) j’ai chopé une infection. Tu devrais prendre rdv. Désolé. »

WooOooh putain…

Pendant quelques secondes je passe par les 5 phases décrites par Elisabeth Kübler-Ross :

  • le déni : « naan mais c’est bonnn. J’ai rien. Et t’façon j’ai une chance sur 1 trilliard d’choper quelque chose »

  • la colère : « rha… le salaud ! »

  • la négociation : « c’est ptêtre ça les ptits picotements. Ouais mais je suis assez psychosomatique en même temps… bon je vais attendre, continuer à baiser puis je verrai bien… nan mais faut mieux pas. Si j’ai chopé un truc je risque de le refiler. Je prends rendez-vous ou pas ? »

  • la dépression : « putain abstinence pendant plusieurs semaines !!!! no way ! »

  • l’acceptation : « hmmm y’a ptêtre des ptites bêtes dont il vaut mieux se débarrasser par là ! ».

… oui tout ça en quelques secondes (vous avez vu la psychologie de type PMU que je viens de faire ?)

C’est jamais un moment très agréable à vivre.

Et pourtant, après être passé par mes 5 phases, je m’empresse de lui répondre un truc rassurant du style « hey, merci de m’avoir prévenu, j’espère que tout ira bien pour toi ! Je prends rendez-vous rapidement à la clinique (1). On se tient au courant. Bises, V.  »

Oui parce que même si dans ma phase colère je me suis dit « rha le salaud », ce n’est pas ce que je pense dans le fond. Si le mec a chopé une infection et me l’a transmise, ce n’est pas franchement de sa faute. Et ça m’a gêné après-coup qu’il me dise « désolé ».

Ça me semble donc important, au contraire, de le rassurer et de l’inciter à continuer à communiquer avec moi.

Personne n’a à se sentir coupable d’avoir une IST (Infection Sexuellement Transmissible) et personne ne doit nous accuser de l’avoir refilée. Le truc de type « ah tiens jte refile ma chlamydia ptit con et j’espère qu’elle te rongera bien la bite » relève plus du mythe que de la réalité, non 🙂 ?

Après son rendez-vous à la clinique il s’avère qu’il a bien chopé quelque chose. Les tests doivent encore déterminer s’il s’agit d’une chlamydia ou d’une LGV (2).

En fait, je suis plus inquiet pour lui, car étant séropo, une IST, peut avoir des répercussions bien plus grave sur son organisme et être plus difficile à traiter. Heureusement il n’a pas attendu pour se rendre à la clinique de santé sexuelle.

Cette histoire me rappelle à quel point, pour beaucoup de mecs, il est difficile d’accepter que ses partenaires nous disent « j’ai une IST, je te l’ai peut être refilée » sans être en colère contre lui. Et qu’il est peut être encore plus difficile, nous même, à notre tour, d’en informer nos partenaires.

Pourtant c’est important de pouvoir en parler librement pour donner l’opportunité à nos partenaires de rencontrer un médecin, d’en parler, de se faire dépister et se soigner de l’infection en question s’ils ont été exposés à un risque de transmission (sauf VIH pour lequel on a pas encore trouvé de remède). D’autant que pour certaines IST comme les Chlamydias ou encore la Syphilis, une simple fellation sans préservatif peut être à l’origine de la transmission !

Bref je voulais avoir vos avis: en ce qui te concerne,  te sens-tu de l’annoncer à tes partenaires si t’as chopé une IST ? Si oui comment ? Et comment le prendrais-tu si l’un des mecs avec qui t’as baisé t’annonce qu’il en a chopé une ?

Vincent

 

[Cet article vous a plu? Soutenez Yagg.com en cliquant ici.]


  1. Il ne s’agit pas de cliniques privées mais des « sexual health clinics », l’équivalent de nos Centres de Dépistages Anonymes et Gratuits (CDAG) en France, enfin, en un peu mieux…

  2. Je ne suis pas médecin donc pour plus d’infos je ne peux que vous conseiller les pages suivantes sur la Chlamydia, la LGV et vous rappeler que rien ne vaut une consultation avec un médecin pour diagnostiquer une infection sexuellement transmissible ! Si vous n’avez pas envie d’aller voir votre généraliste, sachez qu’il existe dans toutes les villes de consultations anonymes et gratuites. Tapez « CDAG + le nom de la ville la plus proche » dans Google pour trouver leur adresse et numéro !

 

LES réactions (51)
« J’ai chopé un truc, tu devrais aller faire un test ! »
  • Par Christophe Martet 01 Mai 2011 - 7 H 55

    Je suis ravi que grâce au blog de Vincent, nous puissions discuter franchement des pratiques de prévention, de la santé gay, du plaisir et du sexe. Et vu le nombre de commentaires sous cet article, le besoin existe. Continuons à discuter, à ne pas être d’accord parfois, tout en gardant la mesure dans nos propos. Merci

     
  • Par Vincent 01 Mai 2011 - 2 H 53

    apparemment vous n’êtes pas beaucoup à avoir compris comme celà. Bien la preuve que ce n’est qu’une question d’interprétation.

     
  • Par gin 30 Avr 2011 - 23 H 06

    @Vleclercq En fait, je pense que mon interprétation vient de ta réponse sur l’hépatite C au commentaire de Spyro « Mais ce ne serait pas plus simple d’éviter la contamination, en amont ? Parce qu’outre le VIH, il y a d’autres IST dont on ne guérit pas (Hépatite C par exemple). »

    Vu que tu n’as pas du tout répondu à sa question mais l’a corrigé en disant que l’hépatite C se guérissait malgré de lourds traitements, oui, pour moi c’est une minimisation. Tu aurais répondu à sa question, je n’aurais pas pensé ça.

    Du coup je repose la question: ne serait-ce pas plus simple d’éviter la contamination en amont?

    D’autant que la réponse semble un peu couler de source dans le cas des hépatites: oui dans l’absolu c’est mieux d’éviter la contamination en amont.

    Après, chacun sa propre vision de la prévention, chacun prend ses responsabilités et évalue les risques en fonction de ses envies. Mais comme je l’ai dis, même si ce n’est pas ton propos, « l’hépatite y’a des médocs pour ça, même si le traitement peut être lourd », ça amène aussi à des choses comme « le vih y’a des médocs pour ça, même si le traitement peut être lourd ».
    Que des types prennent sciemment le risque de se payer un lourd traitement à vie ok, c’est leur choix, leur responsabilité, mais j’aime moyen le fait que cette idée de la banalisation de maladies GRAVES se banalise, car NON, contrairement à ce qui a été dit, tout le monde n’est pas au top concernant la prévention, le discours du « on ne meurt plus du sida donc on ne se protège pas, de toute façon j’ai aucune chance de l’avoir » je l’ai déjà entendu de vive voix , notamment chez les hétéros. Et à lire certains commentaires sur les sites LGBT, y’a des gays qui le pensent aussi. Et ce n’est pas en minimisant la gravité de certaines maladies que ce genre de pensées sur les ist/mst va s’arranger…

    Je ne suis franchement pas aussi optimiste que Spyro quand il parle des jeunes, au courant pour la prévention! Je l’ai constaté de visu.

    Bon la je ne parle pas des types de rapports peu contaminants dont on peut encore plus réduire les risques comme la fellation, mais je parle en général.

    Et ton post laissait aussi l’impression que tu parlais en général de rapports (tous s’entend) sans protection, vu que tu dis à la fin « D’autant que pour certaines IST comme les Chlamydias ou encore la Syphilis, une simple fellation sans préservatif peut être à l’origine de la transmission ! », sous entendu ces rapports-là aussi, comme si tu parlais des rapports « normaux » sans protection.

    J’imagine que cela n’est pas ton but mais c’est très mal formulé, et oui si on ne lis pas les commentaires c’est à mon avis comme cela qu’on le comprends (enfin moi du moins)

     
  • Par Canardcaché 30 Avr 2011 - 7 H 37

    Le problème c’est que tu tiens un double discours…

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 23 H 34

    Je crois que c’est une question d’interprétation et de manière de me lire.

    Je n’ai à aucune moment tenté de minimiser l’hépatite C mais apporté de l’information sur les réalités de l’hépatite C aujourd’hui : c’est dur, dur à soigner et de nouveaux traitements très efficaces arrivent.

     
  • Par gin 29 Avr 2011 - 22 H 27

    @Vincent Là oui je comprends mieux, vu qu’il y a moins de risque de transmission avec la fellation.

    Disons que pour moi ça me rappelait certains discours contre le préservatif, dans toutes les pratiques s’entend, discours qui donnent envie de soupirer à défaut d’autre chose…

    Par contre il me semble que l’hépatite B aussi peut devenir chronique et qu’elle ne se chope pas que par le sang.
    Et même si les deux hépatites se soignent (à défaut de guérir dans tous les cas), ayant des proches atteint de maladie(s) chronique(s) et voyant leur vie au quotidien, ça me gène un petit peu le « L’hépatite C peut se guérir malgré la lourdeur des traitements et le taux d’échecs important ». Justement les traitement sont lourds et le taux d’échecs important, du coup le fait que le ton de tes commentaires viennent minimiser cela, ça me dérange un chouïa.
    Après ce n’est pas évident d’avoir une discussion par internet et j’ai peut-être mal compris le ton des tes commentaires sur les ist.

    Ce discours sur les hépatites comme maladie chronique, je l’ai déjà entendu pour le vih: « ah oui mais maintenant c’est moins grave, le sida devient une maladie chronique » (sous-entendu arrêtons le préservatif vu qu’on en meurt plus).
    Ce discours me choque, j’imagine que les personnes qui disent ça n’ont jamais eu de maladie chronique… (et j’aurais du mal à compatir si les mêmes viennent se plaindre de la lourdeur du traitement).

    Voilà à quoi m’ont fait repenser tes commentaires, même si j’ai bien vu que ce n’est pas du tout ton propos ^^.
    Le problème pour moi réside dans le fait du « pourquoi prévenir quand on peut guérir? » que peuvent penser certaines personnes, avec très vite un glissement du « les ist ça se soigne ça n’est pas grave je prendrais des médocs » à « le sida c’est plus qu’une maladie chronique c’est pas grave je prendrais des médocs ».

    Bon je suis peut-être très fataliste aussi, et je prend les gens pour plus cons qu’ils ne le sont, mais ce genre de discours je l’ai déjà lu sur des sites LGBT. Et ça me fait peur.

    Rien que le fait qu’on assiste au retour de la syphilis et que ça ne semble inquiéter personne alors que le passé et la symbolique de cette maladie sont très fort selon moi, ça n’augure pas des jours très heureux en terme d’éradication possible de pas mal de maladies sexuellement transmissibles.

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 17 H 11

    Je comprends ta crainte, mais d’une part, un adolescent qui recherche des informations sur la prévention, sur les IST et tout ce qui se rapporte au sexe, ne vient pas en premier lieu ici.
    Ensuite, tous les enfants et adolescents scolarisés ont des cours d’éducation sexuelle, qui sont très bien faits.
    Enfin, même avec toute la bonne volonté du monde, avec tout le tapage qu’il est possible de faire, il est impossible que la totalité d’un public recevant un message, l’approuve, ou le désapprouve.
    Donc, si à la place, cela avait été un article faisant l’apanage du préservatif à tout va, aurais-tu autant agit pour surenchérir afin de tenter d’atteindre cet objectif impossible des 100% ?

    Pour finir, je rajouterai, et répéterai, que tout le monde sait l’importance du préservatif (dans les commentaires présents j’entends), personne n’a remis son efficacité en cause. Ceux qui ne l’utilisent pas dans certains cas le font par convictions personnelles, qu’ils acceptent de mettre de côté quand on leur en fait la demande. Il suffit de lire calmement, attentivement, pour le voir et le comprendre.

    Ainsi, je pense qu’il est inutile de sur-réagir comme tu le fais, mais c’était toutefois bon et utile de rappeler que 100% capotes = 0% risques (sauf cas de déchirures), merci à toi :).

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 16 H 55

    oui il est beau mais le problème spyro, c’est que le gamin qui lit les articles ici et qui se posent des questions… il lit ce vécu. Crois tu que cela sert un peu la bataille contre le sida et les mst?

    Voilà la question.

    Faire ce que l’on veut chez soi… je m’en fous (a moitié car comme je l’ai dit, j’ai des connaissances qui se sont bien fait avoir) mais qu’on revendique sur un forum lu par des jeunes qui se cherchent que le port du préservatifs… mouais bof et qu’on essaie de minimiser les risques, les conséquences des maladies etc… ça je ne peux le concevoir.

    C’est pour cela que j’insiste autant… pour qu’il y ait un contre point de vue qui contre balance ça.

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 16 H 40

    @canardcache-2 : Que cela te choque, nous l’avons tous, je pense, compris. Que tu sois un fervent défenseur du préservatif, c’est un fait tout à ton honneur. Que tu sois scandalisé que certains aient des pratiques « non protégées », cela se conçoit.
    Cependant, je pense que tu devrais calmer un peu tes ardeurs. Nul ne fait ici l’apologie de pratiquer des rapports sexuels sans préservatif (pour la fellation, ou autre). Il y a seulement des personnes qui expriment leur choix, la façon dont elle vive leurs rapports sexuels. De plus, aucune n’a dit qu’elle refusait un préservatif sur un pénis.
    Je pense qu’il faut que tu fasses la différence entre des personnes qui expriment leur vécu, ce qu’elles font – ce qui est le cas ici – et des personnes qui défendent un point-de-vue bec-et-ongles et souhaitent le voir adopter par d’autres comme étant un comportement plus avantageux – ce qui n’est pas le cas ici – c’est tout =).

    (et même pas un seul symptôme de ixdéisme aïgu sévère prononcé, il est pas beau ce commentaire ? =D *fier*)

     
  • Par Paul Denton 29 Avr 2011 - 16 H 40

    canardcache-2: Tu es devenu notre conscience morale, mieux, un phare de tolérance dans notre univers confus et tourmenté.

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 16 H 27

    Mais ici, il y a même pas à se mettre à la place de qqn: cela me choque POINT!

    Et ce qui me choque le plus c’est que je sois le seul à être choqué qu’on minimise l’importance du préservatif (même pour l’acte oral).

    C’est sur que les discours moralisateurs ne résolvent rien? Sur de sur? Ca réoud qqch de dire moi je mets pas de préservatif…?

    Franchement le revendiquer comme tel sur un forum/site comme celui-ci je trouve cela odieux… C’est tout.

     
  • Par Paul Denton 29 Avr 2011 - 16 H 14

    @canardcache-2: tu es un mec formidable: tu te mets à la place des électeurs du FN, des familles de victimes qui ne veulent pas que les conditions de détention de leurs agresseurs s’améliorent, et maintenant des séropositifs. Attention à l’excès d’empathie.

     
  • Par Stan 29 Avr 2011 - 16 H 06

    On a tous des copines un peu flippées qui sucent avec capote, mais combien sont-elles? 0,5%?
    Moi j’ai pris le parti d’avoir une sexualité responsable et récréative en suçant sans capote, que mes partenaires soient séropos ou pas. D’ailleurs comment savoir leur statut sérologique? En revanche je n’avale pas et je m’abstiens de « pratiquer » quand j’ai une gingivite par exemple ou en sortant de chez le dentiste. Du bon sens, quoi ! La sexualité avec un risque zéro n’existe pas, tout comme traverser une route, descendre des escaliers, faire de l’escalade ou je ne sais quoi. Je ne crois pas que les discours des mères-la-morale disant qu’on est soit irresponsables, soit criminels résolvent grand chose. En revanche c’est assez hypocrite et ça gave.

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 15 H 45

    Je ne suis pas d’accord mais tu as du t’en rendre compte: Le plaisir et connaissances de prévention… mon cul! (désolé mais je suis très en colère. Peut être ai je eu trop de copains morts de ces saloperies et encore plus qui se le sont chopés parce que le séropo ne disait rien).

    C’est vrai qu’il y a deux adultes responsables dans l’histoire, je le conçois. Mais en me mettant à la place d’un séropo, JAMAIS je ne proposerais même un contact sexuel sans préservatif! Il n’y aurait pas à discuter.

    C’est ça ce que j’appelle être responsable.

    Et si les séropo prennent ça pour de la discrimination, l’enjeu est trop important.

    Pour la prévalence? moi je pense que le caractère sexuel est plus débridé chez les gays (que c’est pas un cliché)… que cela a été un peu n’importe quoi à un moment donné dans notre milieu. Qu’il y a eut un grand dénis… et qu’il y a aujourd’hui un mouvement de minimisation des MST grace aux nouveaux traitements.

    Mais c’est toujours et encore la merde d’avoir des MST.

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 15 H 31

    @Canardcaché

    L’explication comportementale est insuffisante pour expliquer pourquoi la prévalence du VIH est forte chez certaines communauté telles que les gays, les trans, les migrants. On aura l’occasion d’y revenir !

    J’arrête là je ne veux pas monopoliser le débat avec mes réponses !! Mais je vous invite à poursuivre !!

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 15 H 29

    Cette conversation est vraiment très intéressante !!!

    Le raisonnement dont vous parlez et que vous m’attribuez n’est pas aussi simple que cela et omet, je pense, deux variables que sont d’une part celle du plaisir et d’autre part celle de mes connaissances en matière de prévention. Et notamment les connaissances sur le VIH qui sont loin des représentations que j’entends ou lis parfois de type « le mec est séropo, c’est donc une bombe à contamination ».

    Sachez que ma table de nuit est remplie de capotes (avec parfums depuis peu pour certaines) et chacun de mes partenaires a le droit de puiser à sa guise dans mon stock et j’impose une capote dans le cadre de la pénétration (je vérifie même toujours qu’elle soit bien mise et qu’elle n’ait pas craqué).

    Pour la fellation, par défaut je n’en mets pas. Comme la plupart des personnes toute orientation sexuelle confondue finalement. Sauf dans le cas où mon partenaire le demande et je n’ai pas de soucis avec ça. D’où mon étonnement de certains messages qui semblent me traiter d’irresponsable alors même que justement je prends le soin de discuter de cela avec mes partenaires alors que la plupart sucent sans discuter 🙂

    Et lorsqu’un d’eux m’annonce qu’il est séropositif à l’occasion de cette discussion, nous abordons alors le sujet de la charge virale (qui est un déterminant essentiel dans le risque de transmission). Et selon la réponse je me réserve le droit de m’abstenir de sucer tout simplement.

    Quid des personnes qui mentent ou ne savent pas ? Le risque 0 n’existe pas 🙂

    Du coup, comme le dit Jonathan, c’est peut être moins risqué de sucer sans capote un mec séropo qui est suivi par un médecin et éventuellement sous traitement qu’une personne qui n’est pas sûre ou avec laquelle on en a pas discuté avant.

    D’où l’intérêt d’aborder le sujet 😉

    J’espère avoir précisé le raisonnement que je fais, il est un peu complexe je l’avoue, en même temps c’est le mien et je ne l’impose à personne (même pas « à ces jeunes inconscients qui vont lire le blog »), il me correspond, je l’ai construit avec le temps et il n’est pas figé. 😉

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 15 H 12

    « J’essaie de comprendre pourquoi il y a autant de prévalence du vih chez les gays » ben ça t’étonne quand tu lis ce genre de choses et que tu vois que un certain nombre approuvent?

     
  • Par gin 29 Avr 2011 - 15 H 04

    @Jfq89 Je ne connais pas très bien le sujet mais il ne manque pas une catégorie de personnes dans ton argumentation pour la prévention combinée, celle qui ne met pas de préservatif et qui n’est pas ou ne se sait pas séropositif? (donc pas de tasp). Se dépister régulièrement limite là alors les risques mais il y a bien une période de 3 mois durant laquelle le vih est indétectable non?
    50 000 personnes seraient séropositives sans le savoir, et sachant que le statut sérologique n’est pas tatoué sur le front et que « la confiance n’est pas une garantie », du coup quand tu parles de prendre ses responsabilités c’est « j’utilise des préservatifs ou je prends sciemment le risque de choper des ist/mst »?

    Ne connaissant pas forcement les problématiques spécifiques aux gays que j’imagine très complexes pour que ça les conduisent à préférer une réduction des risques au préservatif, je ne suis pas vraiment qualifiée pour parler, mais c’est vrai que je m’interroge.

    J’essaie de comprendre pourquoi il y a autant de prévalence du vih chez les gays et pourquoi ça ne baisse pas, et j’avoue que j’ai un peu du mal à en comprendre les raisons, du coup je profite de ce blog (très intéressant) sur la santé gay pour poser mes questions ^^

    Pour citer Spyro, moi aussi « je crois que j’ai un peu de mal à saisir ce raisonnement/fonctionnement de se baser aussi fortement sur le dépistage et les traitements », le côté « mieux vaut prévenir un peu et guérir que prévenir beaucoup parce que c’est chiant » (pour caricaturer) m’étonne un peu.

     
  • Par Paul Denton 29 Avr 2011 - 14 H 37

    @jfq89: 😉

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 14 H 24

    « Ensuite il ne me semble pas avoir lu ici quelqu’un dire qu’il baisait sans capote, juste de fellations sans capote… et le risque n’est vraiment pas le même. »

    Mais même ça il y a un risque et pas petit.
    Si le partenaire n’est pas au courant… il est important d’imposer le préservatifs…

    Et si il est au courant, il faut essayer de l’imposer aussi!

    C’est ça être responsable.

    Pour le début de ton intervention je suis d’accord…. mais il suffit de faire des tests régulièrement.

     
  • Par Jfq89 29 Avr 2011 - 14 H 21

    Encore faut-il savoir qu’on a une IST… souvent on s’en rend compte quand on a les symptômes, mais tout le monde ne sait pas les reconnaître, ils ne sont pas tout le temps évidents, et puis aussi souvent on est contaminant avant l’apparition de ceux-ci !

    C’est sûr que quand on a une chaude pisse, en général on évite de baiser quand on a l’urètre en feu…! C’est avant qu’intervient la contamination.

    Ensuite il ne me semble pas avoir lu ici quelqu’un dire qu’il baisait sans capote, juste de fellations sans capote… et le risque n’est vraiment pas le même.

    Enfin, quand on parle de responsabilité, il me semble qu’à moins de se branler, on n’est pas seul quand on baise, donc que les deux, ou plus, partenaires sont tout autant responsables. La confiance n’est pas une garantie… là où il y a un problème c’est peut-être quand il y a mensonge… encore faut-il que le sujet soit abordé…

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 14 H 14

    Quand on est responsable,on ne fait pas le choix de baiser sans capote alors qu’on a un ou des mst.

     
  • Par Jfq89 29 Avr 2011 - 14 H 10

    Oui Spyro… la capote est la norme de la prévention, c’est actuellement le moyen le plus sûr de se protéger du VIH, à condition d’être bien utilisé avec du gel lubrifiant, sinon il y a un risque plus élevé qu’il craque.

    Mais on voit bien les limites de se discours sur le « tout capote », si tout le monde arrivait à mettre des capotes tout le temps, il n’y aurait plus actuellement autour des 6500 contaminations par an…

    Je pense que l’avenir est dans la prévention combinée :
    – La promotion de la capote, pour ceux qui n’ont pas de problème à en mettre.
    – La promotion du dépistage, car il est important de connaître son statut sérologique pour pouvoir bien adapter son comportement préventif. On sait que la grande majorité des contaminations sont causées par des personnes qui ignorent qu’elles viennent juste de se faire contaminer… Et de savoir qu’on est séropositif va changer son comportement, car ces derniers ne veulent vraiment pas transmettre le VIH.
    – La promotion du traitement comme outil de prévention, car les derniers rapports d’experts s’accordent à dire qu’un traitement efficace pourrait réduire de beaucoup le risque de transmission du virus… Si ce n’est pas à 100%, le risque serait très faible. C’est quelque chose qui serait plus sûr dans un couple protégeant leurs rapports extraconjugaux s’ils existent, mais pourquoi ça ne pourrait pas marcher pour les mecs célibataires qui font des plans cul, à condition qu’ils ne chopent pas d’autre IST, car ça pourrait faire remonter leur taux de virus…

    Sinon canardcaché… qu’est-ce qui est irresponsable et dangereux ? De se faire dépister régulièrement pour se soigner rapidement et éviter de propager les IST ? De pouvoir parler librement de ses prises de risques ? De pouvoir dire que tout le monde n’est pas parfait et que tout le monde n’a pas un bac +3 en prévention ? What else ?

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 14 H 05

    Je n’en reviens pas de ce que je lis ici…
    Vous savez que si le mec est séropo, qu’il le sait, que je le suce sans le savoir que je m’attrape un truc, il peut être condamner?

    Pour le reste, c’est la responsabilité.

    Moi on peut en parler, mais faut laisser le choix!
    Ne rien dire… minimiser l’hépatite C, minimiser la transmission du VIH, et des autres saloperies… Et dire que le préservatif n’est pas nécessaire MEME avec un séropo, je trouve que c’est criminel…

    A mon avis, c’est la frustration qui vous fait dire n’importe quoi.

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 13 H 59

    Après je n’incarne aucun discours ici, je parle seulement de ce que je vis !! Merci pour cet échange Spyro, j’espère qu’on aura l’occasion de rediscuter de santé gay sur ce blog ou ailleurs !

     
  • Par Jfq89 29 Avr 2011 - 13 H 59

    Oui comme le dit Vincent, si ça convient à la personne de tout faire avec un préservatif, c’est parfait en terme de prévention, car c’est le moyen le plus sûr de se protéger du VIH et de certaines autres IST…!

    Mais après chacun fait des choix sur l’échelle des risques… des risques qu’ils sont prêts à prendre… Personnellement des bites j’en ai sucé des kilomètres et ça a du m’arriver une ou deux fois de mettre un préservatif…! Pourtant je suis toujours séronégatif, alors qu’il y a entre 10 et 15% de mecs séropos, donc que j’ai du en sucer plusieurs des séropos aussi. J’ai peut-être la chance de ne pas aimer le goût et la texture en bouche du sperme, donc j’évite de trop sucer les bites qui sont trop mouillées, et surtout je ne prend jamais le sperme en bouche, ce qui réduit un peu plus les risques !

    Ensuite pour répondre à Canardcaché, je pense qu’il est moins risqué de sucer un mec qui se sait séropo, surtout s’il est sous traitement, que de sucer n’importe qui qui ne connait pas son statut sérologique… Et non les séropos ne sont pas des criminels, ils ont aussi très peur pour la très grande majorité de transmettre leur virus, et non les mecs qui les sucent couchent avec eux ne veulent pas l’attraper… Mais encore faudrait-il qu’ils puissent en parler librement, sans se faire juger, sans se faire jeter 8 fois sur 10…

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 13 H 53

    Euh, de rien ^^’ XD

    Mais je n’ai jamais dit que c’est ce que je faisais XD! Je cherchais juste à comprendre ce que tu expliquais, parce que cela me paraît tellement dissonant du discours tapageur « la capote, la capote, la capote » que j’étais surpris ^^

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 13 H 49

    Je rêve et dire que certains jeunes qui se posent des questions peuvent lire ce que tu écris.

    Tu es dangereux je trouve.

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 13 H 47

    merci de ta contribution !

    Je crois que chacun construit sa prévention à partir de ses choix. Si le préservatif te convient pour la fellation comme pour la pénétration, je suis ravis que tu ais trouvé ce qui te correspond et personne n’a à critiquer cela 😉

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 13 H 39

    Ah oui je me suis trompé, j’ai confondu avec l’absence de vaccin 🙁 (enfin d’après mon petit dépliant « les hépatites et vous » la guérison n’est pas à 100%)

    Aaaahh… mais ce n’est pas un peu risqué du coup de se baser sur des études qui n’ont pas abouti ?

    Non je ne pensais pas à ça (même si c’est sûr que dans ce cas là, il n’y a pas de risques =)) je pensais plutôt à ne rien faire sans latex. Ainsi, il n’y a aucune transmission possible, donc aucun stress et aucune raison de faire des vérifications/dépistages (qui coûtent chers, qui peuvent avoir lieu trop tard, qui peuvent passer à côté de certaines choses -on trouve ce qu’on cherche-).
    En fait, je crois que j’ai un peu de mal à saisir ce raisonnement/fonctionnement de se baser aussi fortement sur le dépistage et les traitements ><.

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 13 H 38

    Ah oui je me suis trompé, j’ai confondu avec l’absence de vaccin 🙁 (enfin d’après mon petit dépliant « les hépatites et vous » la guérison n’est pas à 100% ><.

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 13 H 34

    « Quant à éviter la contamination en amont, veux-tu dire qu’il vaut mieux que j’évite de coucher avec des mecs séropos ? »

    Non mais au moins mettre un préservatif quand même!!!

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 13 H 33

    « Sincèrement, qui met une capote pour faire une fellation?! » Si je sais que mon partenaire est seropo… tu peux etre sur que je vais lui demander de mettre une capote.

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 13 H 22

    L’hépatite C peut se guérir malgré la lourdeur des traitements et le taux d’échecs important. Néanmoins récemment de nouvelles molécules ont vu le jour avec une efficacité bien plus importante. Il semblerait néanmoins que le sang soit le seul mode de transmission de l’hépatite C. Les pratiques sexuels susceptibles de le transmettre étant donc celles assez hards risquant de créer des échanges de sang.

    Je parle au conditionnel car il y a un grand débat la dessus je crois bien que de nombreuses études tendent à démontrer qu’il y a un lien fort entre niveau de la charge virale et risque de transmission 😉

    Quant à éviter la contamination en amont, veux-tu dire qu’il vaut mieux que j’évite de coucher avec des mecs séropos ?

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 13 H 15

    @paul-denton : j’ai un pote qui l’impose systématiquement à ses partenaires, s’ils veulent se faire sucer. En revanche, s’ils veulent le sucer, il ne l’impose pas du tout. Et je connais un autre cas d’un mec trentenaire qui adore faire des plans bouches, mais uniquement sous latex, il ne peut pas toucher un pénis sans latex. ^^

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 13 H 13

    Mais ce ne serait pas plus simple d’éviter la contamination, en amont ? Parce qu’outre le VIH, il y a d’autres IST dont on ne guérit pas (Hépatite C par exemple). De plus, certaines sont asymptomatiques.

    Tu parles au conditionnel pour la charge virale, c’est que cela n’est pas prouvé ?

     
  • Par Paul Denton 29 Avr 2011 - 13 H 08

    Sincèrement, qui met une capote pour faire une fellation?!

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 12 H 34

    Salut Spyro,

    Encore une fois, l’existence des IST ne doit pas être source d’une angoisse permanente : il n’y a pas de fatalité ! En apprenant quels sont les symptômes de base, en se faisant dépister régulièrement, on limite les risques de complication de santé liées aux IST. Si tu veux on peut en discuter davantage en message privé, n’hésite pas 😉

    En ce qui concerne la charge virale, il semblerait en effet qu’il y ait un lien entre le niveau de la charge virale et le risque de transmission du virus. En effet, il est nécessaire qu’il y ait un nombre suffisant de virus pour qu’une infection ait lieu. Or si le virus est présent mais en trop faible quantité, il semblerait que la transmission ne puisse avoir lieu.

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 12 H 29

    @Vincent : je suis constamment angoissé, et encore plus dans le domaine sexuel XD.

    Je ne saisis pas l’allusion à la charge virale Oo. Quelqu’un qui a le V.I.H. peut ne pas le transmettre si le taux est bas ? oO

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 12 H 06

    @Canardcaché
    Avec mon partenaire j’ai abordé la question de la charge virale au niveau du VIH. Mais ça c’est un autre sujet que je serai ravi de développer ultérieurement 🙂
    Je ne pense pas être inconscient, je crois au contraire par ce blog montrer l’importance que j’attache à prendre soin de mon bien-être par ma santé. Je construis ma prévention en fonction de mes choix 😉

    @ Spyro
    Pourquoi es-tu angoissé ? J’espère que cet article ne va pas en rendre certains paranos. Je crois que sur la question des IST, en étant gay et en ayant différents partenaires sexuels, on peut s’attendre sur toute une vie sexuelle à se choper quelque chose. Néanmoins ce ne doit pas entretenir une crainte obsessionnelle. Car l’important est de pouvoir en discuter librement et de se faire un check-up IST régulièrement (tous les 3 ou 6 mois selon l’activité sexuelle) pour pouvoir soigner celle(s) que l’on aurait éventuellement chopé (sauf VIH qui ne se guéri pour le moment pas).

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 10 H 30

    (mon dieu, lire cet article alors que justement j’ai passé la nuit avec un mec, j’angoisse maintenant >< en plus y'avait E.T. de Katy Perry à la radio xDDDD *se fait peur tout seul*)

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 10 H 30

    Bon pour répondre à la question de l’article, cela ne m’est jamais arrivé donc je ne peux qu’imaginer ><.

    Si j'en développe une, je pense qu'après la période de "digestion" de l'information, je le dirai à (aux) partenaire(s) avec qui il y a eu un risque. Comment ? Via leur numéro de téléphone (je garde TOUS les numéros).

    Si un mec me l'annonce, hum … je pense que déjà, je serai sous le choc XD Ensuite, ça dépend combien de temps après. SI c'est dans la foulée (genre moins de 48h), j'insiste pour qu'on aille ensemble aux Urgences/CDAG etc. Sinon, j'y vais tout seul, après avoir pris moult renseignements sur lui. Je pense que, conscient du problème pour la santé (la sienne et la mienne) je ne le pourrirai pas (même si ce n'est pas l'envie qui m'en manquerait je suppose xD) tout simplement parce que, si j'ai des risques de l'avoir attrapée, c'est potentiellement aussi ma faute, parce que je n'ai pas eu un comportement sain/sécure.

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 10 H 23

    (oulà, ya un problème, mon commentaire n’arrive jamais en entier, le milieu est enlevé Oo O_O)

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 10 H 23

    Bon pour répondre à la question de l’article, cela ne m’est jamais arrivé donc je ne peux qu’imaginer >< en plus y'avait E.T. de Katy Perry à la radio xDDDD *se fait peur tout seul*)

     
  • Par Spyro 29 Avr 2011 - 10 H 22

    @nevermind > Tout dépend de ton degré de protection =) Protection ultime : abstinence, chasteté, ermitage : risque 0 (ou alors tu laisses trainer tes organes génitaux dans des lieux moites humides et remplis de bacilles, mais là, aucun rapport avec un rapport sexuel xD)
    Après, si tu utilises tout le temps un préservatif pour les pénétrations, mais qu’avant cela, il y a eu des froti-frota (genre le gland qui frote contre l’anus sans y rentrer, les lèvres qui glissent le long de la verge et du gland) cela peut suffir à attrapper une IST.

    Vis-à-vis de l’article, je me demande comment on peut avoir le risque d’attraper l’IST SANS attraper le VIH ? Oo Parce qu’en lisant l’article, on comprend bien que le narrateur a couché avec une personne séropositive ayant une IST, mais il n’a l’air de se soucier que de l’IST, pas du VIH Oo?

    Bon pour répondre à la question de l’article, cela ne m’est jamais arrivé donc je ne peux qu’imaginer >< en plus y'avait E.T. de Katy Perry à la radio xDDDD *se fait peur tout seul*)

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 10 H 10

    heu enfin si tu le savais… sinon c’est l’autre qui est criminel. (si il le savait)

     
  • Par Canardcaché 29 Avr 2011 - 10 H 06

    « Personnellement j’ai fait le choix de ne pas utiliser de préservatif lors de la fellation. Et en effet il y a un risque d’attraper certaines infections »… ben si tu fais une fellation avec qqn qui est seropo… je pense que tu es inconscient.

     
  • Par Vincent 29 Avr 2011 - 9 H 18

    Personnellement j’ai fait le choix de ne pas utiliser de préservatif lors de la fellation. Et en effet il y a un risque d’attraper certaines infections 😉

     
  • Par nevermind 29 Avr 2011 - 9 H 11

    Hm…Mais quand on se protège on n’a aucun risque d’attraper des infections pourtant ? Il y a des infections qu’on peut avoir quand même ?

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Publicité